Récits et photos des activités 2018

Cliquez sur l'image pour voir l'album
Cliquez sur l'image pour voir l'album

 

Randonnées à météo variable

 

12/13 MAI 2018

 

ARIEGE

 

 

 

Nous partons avec bien en tête la météo annoncée….qui n’est pas folichonne ! Ne voulant pas encore annuler une sortie, nous avons décidé de nous adapter à la situation.

 

Vendredi soir, on s’installe dans un mobil-home au Camping du Pré Lombard à Tarascon sur Ariège.

 

Samedi matin : on se lève tôt car de la pluie est annoncée dans l’après-midi. Après le village de Croquié, départ du parking des Brougues et montée par pistes et sentiers. Après une pause à la cabane de Lauzate, on continue jusqu’au sommet du Mont Fourcat à 2 000 m. Malgré le ciel couvert, on distingue de nombreux sommets et on prend le temps d'observer les alentours. Descente à la cabane pour manger à l’abri du vent. Ensuite, on continue la descente par le col de Rieutort et le Pas de l’Estagnole. C’est très plaisant de gambader dans les pâturages déserts !

 

En effet, le temps se gâte vers 16 H et on est content d’être de retour au parking. La pluie tombe toute la nuit.

 

Dimanche matin : de la fenêtre du mobil-home, on aperçoit la forêt saupoudrée de neige. Il a neigé dès 1 000 mètres. Pour éviter le vent et le froid, on part vers Foix et le massif du Barguillère. A Burges, petit hameau bien tranquille, on monte dans la forêt. En effet, on rencontre de la neige assez rapidement. Ensuite, les flocons se mettent à tomber. On arrive à midi à la cabane du col de Mazel, charmant petit abri en pierre. Le soleil fait son apparition et nous offre un paysage superbe. Pendant la descente par la forêt de Brassac, nous aurons droit à de nouvelles averses de neige, de pluie et de grêle pour finir !

 

 

Peu importe la météo, nous garderons un très bon souvenir de ce week-end fort agréable où le printemps peut être hivernal. Cela nous a donné une ambiance particulière et des paysages somptueux !

 

 

 

 

Cliquez sur l'image pour voir l'album
Cliquez sur l'image pour voir l'album

 

SKI DE RANDONNEE

 

23/24/25 MARS 2018

 

GAVARNIE/BAREGES

 

 

Si les conditions météo et les risques d'avalanches ne nous permettent pas de partir en raid, nous décidons de maintenir  quand même le week-end pour trois sorties à la journée.

 

Vendredi : après un départ (très) matinal de notre plat pays, nous chaussons les skis à 14 h pour profiter de la plus belle journée du week-end. Nous nous garons à la station de Gavarnie et montons sous la chaleur au Col des Tentes. Bilan : bonne suée pour tout le monde et premiers coups de soleil pour certains.

 Samedi : des chutes de neige sont prévues toute la journée, nous espérons profiter de belles descentes. Nous nous garons au parking de la station de Barèges et montons vers le Col d'Oncet. Mais la dernière partie, plus raide et avalancheuse nous pousse à faire  demi-tour. Nous descendons pour remonter vers le Turon de la Lahude, mais là encore une coulée d'avalanche nous oblige à rebrousser chemin. Certains acharnés repartent pour une dernière montée vers le col de Caoubere.

 Si les conditions ne nous ont pas permis de faire ce que l'on aurait voulu, la journée a été l'occasion de travailler les manips de ski et de parfaire nos coups de soleil !

 

Dimanche : afin de profiter de la neige tombée la veille et dans la nuit, nous prenons un forfait à la station de Barèges et enchainons les descentes hors piste autour de la station.

Après 4h à ce rythme, les cuisses chauffent tout comme les coups de soleil !

Nous rentrons donc contents de notre week-end malgré les conditions peu favorables au départ.

 

Cliquez sur l'image pour voir l'album
Cliquez sur l'image pour voir l'album

ALPINISME

HAUTE ARIEGE

 

10/11 MARS 2018

 

 

Vue de la Charente-Maritime, la Haute-Ariège et l’Andorre peuvent paraître éloignées. Pas tant que ça ! Pas plus que nos autres destinations  Pyrénéennes.  Après consultation du B.R.A. et prise d’infos auprès du PGHM, nous partons donc pour  l’Hospitalet-près- l'’Andorre dans l’idée de grimper les couloirs de Font Freda et du Roc des Isards. Des couloirs facilement accessibles mais qui gardent néanmoins un caractère sauvage. Les conditions ne sont tout de même pas au « top ». Arrivés au gîte à 23h le vendredi,  le radoucissement persiste et nous laisse indécis quant au programme du lendemain.

 

Samedi : au matin, l’iso est à plus de 3 500m et laisse présager une neige molle. Le choix se porte alors sur des pentes moins raides, nous irons au couloir d’Endron.  Nous chaussons les raquettes à la station du Goulier et, en suivant  l’itinéraire qui nous mène sur la croupe montant au Sarrasi , la neige est portante. La descente face ouest, qui nous rapproche du couloir est tout autre : les pentes les plus chargées ont purgé, le reste du parcours est pourri et pénible. Ça mérite quand même de vérifier l’état de la neige du couloir, situé face nord.

Après s’être équipés et encordés sur une pente herbeuse, notre progression nous laisse espérer sortir au sommet. La qualité de la neige est bien portante et le restera jusqu’en haut du couloir, ça botte sérieux sur la fin pour le premier de cordée mais l’état du couloir est globalement satisfaisant.

Au dernier tiers, au niveau de la variante à 50°, quelques petites coulées facilement évitables en se déportant sur la gauche viendront tout de même nous lécher les crampons. Les deux variantes chargées au sommet que nous laissons sur notre droite sont à éviter compte tenu des conditions. Le soleil présent à la sortie nous réchauffe « la couenne » et nous accompagnera pour notre descente  sur l’arête très cornichée du Sarrasi.

 

Dimanche : les conditions ne se sont pas améliorées malgré un petit regel matinal imprévu. L’idée de grimper des pentes de 50° est abandonnée et nous partons pour une petite balade de reconnaissance au Roc des Isards……histoire de repérer le lieu et de baver devant ses couloirs.

Ce sera également l’occasion de faire un bon exercice de recherches DVA avant de rentrer de bonne heure dans nos pénates.

 

 

 

Cliquez sur l'image pour voir l'album
Cliquez sur l'image pour voir l'album

 

SEJOUR RAQUETTES

 

LE FALGOUX (CANTAL)

 

11 au 15 Février 2018

 

 

 

 

Nous avions été si tranquilles il y a 2 ans lors de notre séjour au Claux…. Il a suffit de changer de vallée  pour découvrir de nouveaux paysages. Cette fois, la météo a été plus clémente : arrivée et départ sous la pluie mais 3 jours de beau temps entre les deux ! Enfin, quand on dit « beau temps » dans le Cantal, tout est relatif… Disons que nous avons échappé au pire en partant tôt le matin ! Ce séjour a été l’occasion pour David d’imaginer et de guider des randonnées hivernales.

 

1ère randonnée : départ du gite par le GR400, montée sur les crêtes où un vent frais nous accueille. Nous continuons jusqu'au Roc des Ombres dont la face sud-est est verglacée. Le brouillard et les rafales nous poussent à rebrousser chemin. Enfin au soleil, nous pouvons manger puis nous réchauffer avec des exercices de recherche DVA. Nous descendons par d’autres sentiers et pistes, avec une séquence « sangliers », en profitant du calme de la forêt.

 

2e randonnée : départ du gite et traversée du village pour emprunter de petits sentiers en balcon jusqu’au col de Luchard. Le temps se couvre, annonciateur de précipitations. Nous marchons un peu sur le plateau de pâturages avec une belle vue sur le massif du Sancy. Là aussi, de bonnes rafales glacées nous font renoncer à continuer sur la crête. La température passe en-dessous de zéro degré. Nous descendons par le GR400 pour trouver un abri pour manger (disons plutôt : le garage d’une résidence secondaire inhabitée !). Ensuite, nous continuons la descente par Franconèche et Fontolive. La route principale, menant à la station nordique est peu empruntée, les hameaux traversés sont déserts.

 

3e randonnée : la bonne chute de neige de la veille nous empêche de prendre les véhicules et le chasse-neige n’est pas encore passé partout. Nous partons de nouveau du gite pour aller au fond de la vallée vers la station nordique. Nous passons par de petites routes et sentiers, jusqu’à la cascade de Biagun, bien gelée. Au Pont des Eaux, nous montons dans une belle forêt en coupant les pistes balisées. Ensuite, David nous fait passer par des sentiers et prés avec sauts d’obstacles (barbelés) !

 

Voilà un séjour bien sympathique, avec deux nouveaux venus. La solitude de cette vallée isolée nous a touchés. La municipalité fait de son mieux pour faire vivre cette commune qui se dépeuple. Nous avons fait marcher les petits commerces et apprécié ce gite où nous étions en autonomie.

Il faudra revenir, au printemps par exemple, où la nature doit être tout aussi splendide.

 

 

 

Cliquez sur la photo pour voir l'album
Cliquez sur la photo pour voir l'album

 

ALPINISME AU SANCY

 

27/28 JANVIER 2018

 

 

Après une période de gros doutes sur les conditions météo et divers changements de dates et de destinations, nous partons sereins vers l’Auvergne ! C’est une sortie pour débutants avec seulement la moitié de néophytes en alpi.

 

Vendredi soir, nous sommes accueillis au gite les Hautes Pierres au Mont Dore avec toujours autant de gentillesse et d’attention. Il a neigé la nuit précédente, ce qui ne peut pas faire de mal étant donné notre programme ! L’année dernière en mars au même endroit, c’était plutôt la misère…

Samedi : le temps est bouché et un vent glacé nous attend à la station du Mont Dore. Nous partons dans le Val de Courre afin de se mettre en jambes. La poudreuse s’est déposée sur la neige glacée. Les 3 cordées se forment  Olivier avec Soizic et Christophe, Mathilde avec David et Laure, Lucile avec Philippe. Le but du jour est l’arête du Redon mais impossible de situer le point de départ, on ne peut pas se repérer dans le brouillard !  On se contentera des pentes glacées jusqu’au Col de Courre. Enfin, au moment de la pause de midi, le ciel se dégage pour nous offrir un magnifique panorama ! On se dépêche de manger pour descendre vers la Fontaine Salée où on espère pouvoir gravir un couloir. Mais là-bas, la température a vite grimpé et la neige est ramollie. Une belle coulée, sous nos yeux, nous dissuade de nous engager dans un piège. Donc, on remonte de belles pentes jusqu’au col de Courre en transpirant sous le soleil ! Ensuite, on redescend plus bas dans la vallée pour quelques révisions de recherches DVA.

 

Dimanche : nous retournons à la station du Mont Dore où il fait beaucoup moins froid que la veille. Cette fois, direction le Val d’Enfer, qui offre un bon nombre de couloirs à gravir. L’itinéraire choisi par Olivier est inédit et nous donnera de bonnes sueurs ! Il se situe à droite de l’Entonnoir. Les mollets souffrent quand on cramponne sur une pente glacée à 50° d’inclinaison ! La pente finale, faite d’une grosse couche de poudreuse, ne demande qu’à partir sous nos pieds. La sortie étant très sportive et plutôt tendue, Olivier assure tout le monde, ouf ! Après ces quelques moments d’émotion, on se détend avant d’attaquer la dernière montée vers le Puy de Sancy. Ce serait dommage de se priver de la belle vue à 1 884 m. Quel plaisir de pouvoir faire la pause repas en profitant des monts du Cantal ou du Puy de Dôme au loin ! Ensuite, on retourne vers le couloir du Val d’Enfer qui peut se descendre en crampons. On reste encordé car la pente est à 35° dans le haut. En bas, la neige a bien ramolli et c’est mieux de rechausser les raquettes.

Voilà, enfin une sortie alpinisme digne de ce nom ! Espérons qu’elle ouvre la saison sur d’autres belles pentes enneigées. Tout le monde est motivé pour repartir !

 

 

 

 

SKI DE RANDO

 

GEDRE/BAREGES

 

12/13/14 JANVIER 2018

 

 

 

Vendredi :  départ à 7h de Pons,  et installation dans notre gîte préféré à Luz, chez Ricou (auberge des Cascades).

Nous avons chaussé les skis vers 12h30 pour une montée vers le col d’Aoube (2 370 m). Météo de rêve, ciel bleu. Nous avons effectué l'aller/retour en 3 heures environ. Descente agréable.

 

Samedi : nous avons  choisi d’aller au col du Pourteillou  (2 270 m), par le plateau de Saugué.  La montée était très ventée donc concentration maximale sur la fin car le secteur était assez plaqué. Une plaque est partie juste devant nous ! (déclenchement à distance d’un skieur).

Objectif atteint. Il a fallu chercher les bons endroits pour la descente, mais ce fut un bon moment de montagne.

 

Dimanche : Il neigeait à notre réveil. Nous avons décidé donc de nous faire la montée de l’Ayré  afin de profiter des belles descentes dans les bois, avec 20 cm de poudre sous les pieds. Nous avons mangé au sommet, s’en suivront une bonne descente et  le retour dans notre plat pays dans la soirée….